Monthly Archives: février 2014

Comptes du port : une situation qui devient périlleuse

bandeau faillite

Quelques chiffres ont été communiqués aux administrateurs de la Sogeba et permettent de s’inquiéter vivement de la santé financière du port.

Ces chiffres correspondent aux comptes simplifiés au 30/9/2013.

La comparaison avec les comptes au 30/9/2012 et avec les comptes de l’exercice 2012 permet d’extrapoler, avec toutes les réserves d’usage, les résultats de l’année complète.

 

Port Public (activité de stationnement) :

Malgré la hausse des tarifs pratiqués en 2013 (+2,23 %), les recettes du stationnement sont stables sur les 3 premiers trimestres. Nous ne pouvons donc que nous féliciter d’avoir agi pour obtenir le maintien des contrats d’hivernage entre 2012 et 2013, que M. Palix voulait supprimer du fait des travaux de remplacements de la panne C.

Toutefois, il semble que l’activité du dernier trimestre soit en baisse. Nous attendons donc une baisse du Chiffres d’Affaires stationnement en 2013 par rapport à 2012.

Les chiffres présentés font état d’une amélioration de la rentabilité, avec un résultat attendu de 240.000 € (avant IS) contre 172.063 € en 2012.

Nous constatons une légère baisse des charges de personnel. Mais cette amélioration du résultat est essentiellement causée par une baisse mécanique des dotations aux amortissements (-40.000 €).

Cette activité, avec un résultat avant IS de 145.000 € reste largement bénéficiaire. Ce qui permet de poser la question du niveau des tarifs pratiqués.

Rappelons que ces tarifs devaient, par l’application de la formule de révision prévue dans la convention de gestion déléguée, baisser de 1,3%, mais que cette baisse a été refusée par M. Palix.

 

Carénage :

Le désastre continue.

Le déficit de l’aire de carénage continue de croitre, pour atteindre 190.000 € en 2014 (contre 157.579 € en 2012).

L’activité est en très fort repli, le Chiffre d’Affaires baissant de 60.000 € par rapport à 2012, pour s’établir à 225.000 € (- 20%).

Nous n’avons pas arrêté de signaler les dysfonctionnements de l’aire de carénage. La baisse considérable de l’activité traduit l’exaspération des plaisanciers devant la qualité du service.

 

Vente de carburant :

Le carburant était la rente du port. Là encore, cette activité est en forte baisse.

Le Chiffre d’Affaires a baissé de 17%, soit la somme considérable de 190.000 €, alors que la clientèle est totalement captive.

La marge appliquée sur le coût d’achat des carburants a été portée de 20 à 25% pour tenter de maintenir le Chiffre d’Affaires. Mais prendre ainsi les plaisanciers pour des pigeons n’a pas eu l’effet escompté, ils sont allés faire leurs pleins ailleurs.

Le résultat de l’activité carburant est tombé de 99.868 € en 2012 à 85.000 € en 2013, soit une baisse encore de 15%.

 

Par ailleurs, l’activité immobilière de la SOGEBA, exploitante du port de Bandol continue de se dégrader. Rappelons encore que ce sont les plaisanciers qui paient le déficit de l’activité immobilière de la Sogeba, qui pourtant ne les concerne en rien.

Enquête Publique pour le dragage du Port de Bandol

Sans titre

La Maîrie réalisera, du vendredi 21 février au 24 mars 2014 une Enquête Publique concernant la demande d’autorisation pour les dragages d’entretiens du Port de Bandol.

Cela fait des années que ces opérations de dragage sont annoncées. Elles sont attendues par tous les plaisanciers concernés, particulièrement ceux stationnants aux pannes C et D et le long du terrain de boules.

La méthode retenue est la plus classique : le dragage est réalisé mécaniquement, au moyen d’une pelleteuse installée sur une barge. La vase est asséchée sur le quai du Stade et évacuée en décharge à Pierrefeu.

Le dossier de l’enquête publique est dîsponible sur le site de la ville.  Il a été établi par la société IDRA, qui exploite par ailleurs un voilier stationné dans le port de Bandol depuis deux ou trois ans.

Ce dossier représente plusieurs centaines de pages. Nous vous présenterons notre avis d’ici quelques jours.

En attendant, nous ne pouvons que nous étonner de la période choisie pour cet enquête, peu propice à un débat serein. Les opérations de dragage sont prévues sur une durée de 10 ans, l’enquête publique sera close au lendemain du premier tour des Elections Municipales.

 

Brigitte, équipière à la station de Bandol à l’honneur

Bandeau Revue SNSM n°127

Brigitte, équipière – infirmière à la station SNSM de Bandol illustre « 16 visages pour une myriade de talents », contribution de la SNSM pour reconnaître l’engagement des bénévoles qui font vivre les stations de sauvetage.

 

Brigitte, SNSM Bandol

La Société Nationale de Sauvetage en Mer est une association loi 1901. Elle est indépendante des pouvoirs publics et se finance essentiellement par les cotisations de ses membres et par les donations.

Les secours en mer sont d’ailleurs le seul cas en France où les missions de sauvetage des personnes sont confiées à une association. En montagne, ce sont les gendarmes de Haute Montagne qui viennent vous assister. En mer, ce sont des bénévoles.

La station de la SNSM de Bandol se trouve entre la SNB et la Capitainerie. Elle est présidée par M. Jean Luc CERCIO