N’étant que de passage, pourquoi Monsieur Rocheteau s’acharne t-il sur les plaisanciers dans des problèmes réglementaires alors qu’il ne fait rien pour l’entretien, le respect de la réglementation même celle qu’il a pondue, nous y reviendrons.

Dans notre joli port tous les plaisanciers n’ont pas tous le même contrat, comme partout ailleurs.

Nous avons pour quelque temps encore, les amodiataires; ils ont contribué à la réalisation de l’infrastructure, ils jouissent d’un droit d’occupation pour encore quelques années.

Nous avons les plaisanciers titulaires d’un contrat de location d’un emplacement dans le port public, emplacement qui doit correspondre à la taille du bateau ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas, suite à des faveurs accordées à certains par le précédent maitre de port.

Nous avons aussi des plaisanciers qui, pour des raisons personnelles, contrat mariage ou autre, parce qu’ils sont professionnels, de la location, de la vente, ont un contrat de location dont le titulaire est leur société.

Depuis quelque temps, le gestionnaire se gardant bien de tout écrit, demande par téléphone, ou plutôt fait demander par une secrétaire (qui ne donne que son prénom à l’interlocuteur) de transformer le dit contrat en nommant une personne physique.

La société doit nommer un gérant c’est la loi, mais pour ceux qui acceptent le changement proposé, il leur sera impossible de revendre leur affaire, car étant au nom d’une personne physique, le ou les bateaux devront libérer la ou les places.

Monsieur Rocheteau a déjà subi plusieurs refus. Un de nos adhérents nous informe vouloir interroger les services juridique des revues nautiques, les articles feront une belle pub pour le port si le garçon pousse son projet à terme. Une autre association a informé ses adhérents dont plusieurs n’ont pas donné suite.

Dans tous les ports de France des professionnels voire certains particuliers jouissent de tels contrats au nom de leur société.

Ce que pratique aujourd’hui Monsieur Rocheteau n’est pas légal, une fois de plus, comme il n’est pas légal d’interdire la copropriété. Nous nous sommes rendus par deux fois à Toulon pour rencontrer le chef des douanes, accompagnés la deuxième fois par la responsable du service juridique de la mairie et la réponse a été très claire.

Si le gestionnaire persiste à vouloir interdire le 49/51 faites un 45/55 ; cela ne change rien pour vous, et là, il lui faudra interdire la copropriété et nous irons au tribunal. Cette municipalité avait fait campagne en mettant l’éthique en tête de leur volonté d’action, tout est oublié.

Nous aurions pu débattre de tous ces sujets avec le gestionnaire mais il refuse de nous recevoir, tout comme Monsieur le Maire. Pourtant avantles élections Monsieur le Maire participait à nos réunions. ( photo prise en 2013) mais ça c’était avant …..comme le dit Alain dans sa pub.

Je viens de retrouver, en faisant du classement, les bulletins d’adhésions à l’association de Mrs HECQ, CERMOLACE , ROUX ,KAUFFMANN , des personnes qui se sont chargées de monter le Maire contre nous après les élections.

Au faite cette modification des contrats a-t-elle été entérinée par le conseil portuaire, la commission d’attribution des places a-t-elle été consultée, le conseil municipal a-t-il voté la modification du contrat?

Comme nous le faisons depuis quatre ans et demi nous tendons la main au gestionnaire pour construire ensemble.

Suite au refus de Monsieur Le Maire de nous attribuer un stand au forum des associations , nous lui en avons demandé la raison. A ce jour il ne nous a pas répondu.

A suivre

AG CLUPP Bandol

Posted in: Association.
Last Modified: septembre 2, 2018