CLUPP 2019-05-15
Un adhérent nous propose son compte rendu de la réunion du CLUPP

 

Le Maire a présidé la réunion du Comité Local des Usagers du Port de BANDOL ce mercredi 15 mai 2019 et l’a conclu par un « coup de gueule », ceux sont ses mots, envers notre association dont le seul but est de défendre les intérêts des plaisanciers du port de BANDOL. Nous nous étonnons du niveau sonore à ce moment contrastant avec le ton moelleux de toute la réunion. Il aurait pu nous citer mais n’a pas voulu nous faire de la publicité.

Quelques points pour remettre les pendules à l’heure.

Le Président de la SOGEBA et adjoint au Maire de BANDOL a indiqué que la mairie allait vendre la « Maison des vins » et que la SOGEBA allait toucher plus d’un million d’euros en dédommagement du bail emphytéotique qu’elle a. Nous en sommes ravi.

M ROCHETEAU a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi certaines personnes (notre association) s’opposent à ce que la SOGEBA gère les bâtiments de la « Maison des vins » et du « Val d’Aran » et a fait remarquer la manne que cette opération rapporte au moment des travaux nécessaires du port.

  • C’est grave que le Président de la quasi-régie ne comprenne pas que la loi interdise à la société gérant le port de s’occuper également d’éléments n’ayant rien à voir avec. Tout au long de la réunion il y a eu un let-motif, l’équité envers les usagers. C’est bien pour préserver cette équité que la loi est ainsi, afin d’éviter que les usagers du port paie pour un objet qui n’a rien à voir avec la contre partie de la redevance.

  • À moins que l’Adjoint valide ainsi le montage financier des municipalités précédentes au détriment des Usagers du Port de BANDOL. On peut comprendre une erreur par ignorance lors de la création de ce montage financier, mais …

Si cette opération de bâtiments était si bénéfique, il n’aurait certainement pas omis de rappeler tous les remboursements de crédit pour la construction de la « Maison des vins » payés par les Usagers du Port à travers de la SOGEBA.

Finalement l’opération est négative au lieu de récolter plus d’un million.

Avec l’argent évaporé au fil des années, la SOGEBA aurait pu entretenir dignement le port au lieu qu’il se trouve dans l’état déplorable actuel, qui a conduit à ce que la qualité d’usage ne corresponde pas au niveau des redevances payées et que maintenant la SOGEBA, donc les usagers du port, supporte en supplément le surcoût des travaux urgents et des manques de recette liés à l’organisation de ces travaux.

Le Président de la SOGEBA a fait remarquer que la redevance n’avait pas augmenter depuis plusieurs années et qu’il lui semblait normal qu’elle augmente maintenant.

Il a oublié de dire que l’augmentation est interdit quand le budget est bénéficiaire, ce qui était le cas.

C’est grâce (ou à cause) de l’action de notre association que la mairie n’a pas pu augmenter la redevance.

Mais maintenant les usagers du port vont financer les travaux urgents et leurs surcoûts.

Un sujet très important pour une grande partie des usagers concerne la fin de l’amodiation en 2021. Le Maire a indiqué qu’aucune décision n’a été prise et qu’il n’avait pas fixé de date pour la prendre, se posant le principe d’équité des usagers pour l’attribution d’une place notamment avec ceux de la liste d’attente. Il attend de « voir comment cela va se passer dans les autres ports ». Sage solution mais, quel service rendu à l’usager du port concerné, si proche de l’échéance où il risque de devoir enlever précipitamment son bateau du port, pour aller où !!!. On peut parallèlement relever l’information donnée par le Maire que les amodiataires de SANARY ont dû « enlever leur bateau ou payer une somme très élevée ».

Depuis plusieurs années notre association soulève ce risque et suggère aux amodiataires de s’inscrire sur la liste d’attente. La SOGEBA aurait pu apporter ce conseil ou les inscrire d’office. Même ce 15 mai 2019 rien n’est suggéré.

Un adhérent