Le confinement se prolongeant, plusieurs plaisanciers nous ont interpelés pour nous demander d’entreprendre une démarche auprès de notre Bon Maire, pour essayer d’assouplir les interdictions.

Nous avons donc envoyé à Monsieur le Maire un premier courriel, puis un deuxième. Comme à son habitude, le grand homme épris de démocratie, ne nous a pas répondu.

Il ne restait qu’une solution, le tribunal administratif.

Nos bateaux demandent de la maintenance, plus ou moins permanente suivant leur type de construction. Pour mémoire, un a coulé, d’autres n’ont dû leur survie qu’à la bonne volonté d’un voisin qui a bravé l’interdit. Prétendre l’intervention d’un professionnel pour régler la maintenance démontre une méconnaissance du monde de la plaisance dans le port de Bandol.

Nous avons donc déposé, le mardi 31 mars, un référé au TA demandant l’abrogation de l’arrêté n°120.

Nous devons avouer volontiers que nous avons peut-être mal argumenté notre discours, en voulant rester, tout comme l’arrêté, dans un cadre généraliste. Toujours est-il que nous n’avons pas su convaincre le Magistrat : notre demande a été rejetée.

Le Magistrat a aussi rejeté la demande de la ville qui nous réclamait 1 000 €, pour l’avoir agressée ; un brave homme Monsieur le Maire.

Le plus surprenant dans cette histoire est que l’arrêté n°120 pris par le Maire, démontre une fois de plus sa perfidie, il ne connait que, interdiction, répression, verbalisation.

Etonnant encore, vu le nombre de ports de Méditerranée qui sont restés accessibles aux plaisanciers.

Cette municipalité, le PDG de la SOGEBA, ne sont même pas en phase avec le président de la FFPP (Fédération Française des Ports de Plaisance) à laquelle ils doivent bien adhérer.

En effet Monsieur Serge PALLLARES, président de la FFPP, déclare dans une revue nautique :

Un plaisancier qui va sur son bateau risque moins que moi quand je vais au supermarché.

La réalité elle est là, nous avons affaire à des spécialistes.

Nous espérons pour bientôt un second tour des élections, plaisanciers, bandolais souviens-toi des 6 ans que nous venons de vivre.

Courage une semaine à tenir……….., peut être.

AGCLUPP-Bandol