L’association AG Clupp Bandol

Les débats qui ont entourés l’élection, le 1er juin 2012, des représentants des plaisanciers au Conseil Portuaire ont montré l’immense attente des plaisanciers à Bandol.

Chacun y est allé de son souhait, de sa proposition d’amélioration, d’éventuels mécontentements et surtout de son incompréhension devant certains constats. L’opacité dans l’attribution des places abonnées est aussi centrale.

Nous avons alors compris la nécessité de nous rassembler pour agir concrétement.

L’apport d’expérience des plaisanciers dans la gestion des ports est bénéfique. Bien sûr qu’elle peut conduire à bousculer un peu les habitudes, mais il peut aussi considérablement simplifier le travail du personnel du port et améliorer grandement l’exploitation de cet équipement.

Combien de propositions ont été faites, sur les blogs bandolais ou directement dans le bureau des Maires successifs, pour apporter des propositions constructives pour améliorer l’accueil des plaisanciers ? A chaque fois, le même bon accueil, à chaque fois le même « vous avez raison » en parlant de solutions de bon sens, simple à mettre en place, sans dépense supplémentaire. Pour, finalement, aucun résultat pratique.

Notre constat ? Seul effectivement les représentants des plaisanciers au Conseil Portuaire, en particulier Michel GRATALOUP et Roland REVERDY avant 2012, et Jacques KAUFFMANN, depuis 2012 ont permis, par leur pugnacité, de faire avancer certains points, comme l’évolution des contrats annuels ou le maintien des contrats d’hivernage en 2012/2103.

Parce qu’il est toujours plus efficace d’agir de l’intérieur.

L’association pour la Gestion du Clupp Bandol a été créée à l’initative de Jacques KAUFFMANN, Représentant des Plaisanciers au Conseil Portuaire de Bandol, Michel GRATALOUP, Représentant sortant, et de Jean SARRAT, ancien élu au Conseil Municipal à la suite des élections au Conseil Portuaire de Bandol le 1er juin 2012.

Notre dénomination « association pour la gestion du CLUPP de Bandol », signifie notre volonté de voir le CLUPP de Bandol, instance administrative de consultation, actuellement en quasi sommeil, devenir actif.

Il n’est en aucun cas dans nos intentions de vouloir nous substituer à cette entité administrative ou de laisser s’entretenir une confusion avec elle.

La création de notre association s’inscrit également dans la volonté des pouvoirs publics de susciter la représentation la plus large des plaisanciers dans la gestion des ports. Nous agissons tant au sein du Conseil Portuaire qu’en dehors, directement avec les élus au Conseil Municipal et les autres instances administratives, comme la Direction Départementale des Territoires et de la Mer.

Notre objet social prévoit :

–       La représentation des plaisanciers utilisateurs du Port de Bandol tel que le prévoit le Code des Ports Maritimes

–       L’assistance et la défense des plaisanciers utilisateurs du Port de Bandol dans leurs rapports avec l’administration portuaire

–       La diffusion des informations relatives à la gestion du Port de Bandol

–       La réflexion sur l’avenir du port de Bandol et ses modes de gestion

Notre association est apolitique.

Depuis notre création, nous sommes intervenus en Conseil Portuaire et en présentant à M. le Maire et aux élus au Conseil Municipal des propositions concrètes largement entendues :

– Modification du protocole électoral lors des élections des Représentants des Plaisanciers acceptant le vote par correspondance, qui a finalement représenté le 1/3 des suffrages exprimés.

– Intervention pour faciliter les indemnistations des bateaux endommagés lors du feu d’artifice du 4 août 2012.

– Rétablissement des contrats d’hivernage qui devaient être suspendus lors de l’hiver 2012 – 2013 du fait des travaux de remplacement de la panne C. Nous avons montré que, malgré les déplacements de bateaux occasionnés par ces travaux, il restait des places disponibles. Nous avons également insisté sur la perte de chiffre d’affaires (170.000 €) qu’aurait subi la Sogeba du fait de la suspension des contrats d’hivernage.

– Présentation d’une méthode de dragage par biodigestion, soutenue par la Fédération Française des Ports de Plaisance (dont le port de Bandol est adhérent), qui préserve des nuisances considérables générées par la méthode classique par dragage mécanique qui était envisagée.

– Proposition de prolongation de la panne C, afin de créér 16 places supplémentaires. Nous avons, à cette occasion,montré que la passe secondaire (entre le bout des pannes A, B, C et D) mesurait 35 m de large et pouvait être réduite à 25 m sans géner le trafic portuaire en relevant que les passes principales des ports de la région ne dépassaient jamais la vingtaine de m. de largeur.

– Communication sur la modification du contrat de DSP liant la ville et la Sogeba prévoyant de mettre à la charge de la ville le coût des opérations de dragage (1,7 millions d’euros). Ce transfert a été abandonné.

– Intervention pour régulariser la procédure d’adoption des tarifs portuaires pour l’année 2013.

– Communication sur le projet d’installer, dans le cadre d’une ZMEL, une fleur de mouillage en remplacement des mouillages concédés par la DDTM.

– Réflexion sur la création d’un comité de quartier pour le port.

– Proposition d’une solution de recyclage des eaux usées de l’aire de carénage.

Nous avons la volonté d’agir dans l’intérêt des plaisanciers, de la Sogeba et de la Ville.

Vous pouvez nous contacter par mail. Vous trouvez nos coordonnées dans l’onglet « contact ».

Le cadre de notre action :

Nos communiqués :